Bibliothèque sonore de La Flèche
Accueil du site
Dernière mise à jour :
vendredi 13 novembre 2015
Statistiques éditoriales :
668 Articles
Aucune brève
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
58 aujourd'hui
358 hier
260056 depuis le début
     
Objets associés au mot-clé : FLAUBERT
Articles associés
lundi 12 mai 2008
par bibson
Ref BS cassette : 1343
Un coeur simple
Gustave FLAUBERT
2 cassettes
L’histoire d’un Cœur simple est tout bonnement le récit d’une vie obscure, celle d’une pauvre fille de campagne, dévote mais mystique, dévouée sans exaltation et tendre comme du pain frais. Elle aime successivement un homme, les enfants de sa maîtresse, un neveu, un vieillard qu’elle soigne, puis son perroquet ; quand le perroquet est mort, elle le fait empailler et, en mourant à son tour, elle confond le perroquet avec le Saint-Esprit. Cela n’est nullement ironique comme vous le supposez, mais au contraire très sérieux et très triste. Je veux apitoyer, faire pleurer les âmes (...)

lire la suite de l'article
lundi 12 mai 2008
par bibson
Ref BS cassette : 1037
L’éducation sentimentale
Gustave FLAUBERT
11 cassettes
Présentation de l’éditeur
Adieu, mon ami, mon cher ami ! Je ne vous reverrai jamais ! C’était ma dernière démarche de femme... Et elle le baisa au front comme une mère... Elle défit son peigne ; tous ses cheveux blancs tombèrent. Elle s’en coupa, brutalement, à la racine, une longue mèche. - Gardez-les ! adieu ! Quand elle fut sortie, Frédéric ouvrit sa fenêtre. Mme Arnoux, sur le trottoir, fit signe d’avancer à un fiacre qui passait. Elle monta dedans. La voiture disparut. Et ce fut tout.
pour en savoir plus sur [?Gustave (...)

lire la suite de l'article
jeudi 20 mars 2008
par bibson
Ref BS cassette : 1414
Madame Bovary
Gustave FLAUBERT
13 cassettes
Présentation de l’éditeur
C’est l’histoire d’une femme mal mariée, de son médiocre époux, de ses amants égoïstes et vains, de ses rêves, de ses chimères, de sa mort. C’est l’histoire d’une province étroite, dévote et bourgeoise. C’est, aussi, l’histoire du roman français. Rien, dans ce tableau, n’avait de quoi choquer la société du Second Empire. Mais, inexorable comme une tragédie, flamboyant comme un drame, mordant comme une comédie, le livre s’était donné une arme redoutable : le style. Pour ce vrai crime, Flaubert se retrouva en correctionnelle. Aucun roman n’est innocent : celui-là moins (...)

lire la suite de l'article