Bibliothèque sonore de La Flèche
Accueil du siteDESCRIPTION DES OUVRAGES DISPONIBLESen CD mp3ROMANS HISTORIQUES
Dernière mise à jour :
vendredi 13 novembre 2015
Statistiques éditoriales :
668 Articles
Aucune brève
1 Site Web
3 Auteurs

Statistiques des visites :
556 aujourd'hui
0 hier
256749 depuis le début
     
support :
mp3
auteursMN :
MERLE Robert
Ref CD : 311005
La pique du jour tome VI de fortune de France
Robert MERLE
durée : 20 h


 
  Quatrième de couverture
 
 

En 1594, Henri IV entre enfin en possession de Paris. Mais pour achever la reconquête du royaume et faire enregistrer l’Edit de Nantes (1599) il lui faudra cinq années que raconte le sixième et dernier volume de Fortune de France. En ces temps incertains et troublés, où Philippe II et le pape se liguent contre le roi, Pierre trouve merveilleusement à s’employer, mêlant, comme à l’accoutumée, plaisirs et travaux. Devenu l’amant d’une « haute dame », il la sert en même temps que le roi dans une entreprise audacieuse à Reims ; enquête sur les jésuites ; se trouve mêlé à Rome aux subtiles intrigues vaticanes dont l’enjeu est l’absolution d’Henri IV ; convoie le « nerf de la guerre » de Paris à Amiens ; sert les intérêts de la belle Gabrielle ; assiste dans le funeste Escorial à l’agonie dramatique et dévote de Philippe II ; et, de retour à Paris, applaudit à la publication de l’Edit de Nantes, dans lequel il voit poindre l’aube d’un monde nouveau. La scène, ici, varie sans cesse : le Louvre, les tavernes et leurs querelles, le camp armé du roi sous Laon et sous Amiens, l’aimable logis parisien du héros, les auberges et leurs furtives rencontres, les cellules de l’Escorial et un palais cardinalice à Rome. Les personnages, campés avec verve, pullulent, que ce soient les bourgeois avides de « franchises », les artisans gaussants et frondeurs, la truandaille gouailleuse de Paris ou de Reims, les hautes dames de la Cour et leurs confesseurs jésuites diplomatiquement indulgents à leurs faiblesses, les grands seigneurs piaffants et paonnants, les prélats, qui sont plus « princes » que « d’Eglise », les mendiants bien nantis, les belles courtisanes romaines, le roi enfin, dont Robert Merle achève ici le portrait saisissant. Le récit galope. Les dialogues abondent, drôles ou dramatiques, mais toujours savoureux. L’action rebondit de péripétie en péripétie, intégrant magistralement l’histoire au roman, mais sans que jamais soient perdus de vue les grands problèmes du temps qui, pour l’essentiel, sont encore ceux du nôtre.

résumé audio